Notre collectif

Découvrez nos portraits

L’épicière

Florence LUY-DURAND

Mon parcours & mes convictions

Après 8 ans d’expérience dans le domaine de l’audit et du conseil en système d’informations en région parisienne, j’ai décidé de donner du sens à mon activité professionnelle.

En arrivant en Bretagne en 2013, j’ai rencontré des personnes ayant un mode de vie totalement différent de ce que j’avais connu à Paris. De fil en aiguille j’ai découvert une nouvelle façon de consommer, plus responsable et plus consciente. J’ai très vite compris que je ne pourrais pas faire machine arrière et reprendre ma vie de citadine, cadre supérieure dans une grande entreprise.

J’ai alors pris la décision de chercher une activité professionnelle qui participe à l’évolution de notre société vers un modèle qui privilégie les valeurs écologique et humaine sur la recherche du profit.

L‘alimentation me semble être un levier majeur de la transition écologique et sociale:

De là est née en janvier 2018, l’idée de m’associer à des paysans bio et locaux pour créer une épicerie. De janvier à juin 2018, j’ai suivi une formation de Création d’Entreprises en Économie Sociale et Solidaire (CREOPSS) pour acquérir des connaissance en création d’entreprise. Depuis septembre, le collectif de l’Escale Paysanne travaille d’arrache-pied pour préparer l’ouverture de l’épicerie.

Cette expérience de projet collectif (11 personnes) m’a permis de confirmer que « seule on va plus vite, ensemble, on va plus loin » (proverbe africain). Nous mutualisons nos compétences et nous nous entraidons dans les différentes phases du projet.

Pourquoi je m’investis dans ce projet ?

L’épicerie l’Escale Paysanne me tient particulièrement à cœur parce que c’est plus qu’un simple lieu de « consommation ». Nous souhaitons que cela devienne un espace où l’on peut trouver des produits de qualité mais aussi tisser des liens entre les citoyens et les producteurs du territoire.

Nous avons ajouter à « l »épicerie » un espace où les usagers peuvent déguster sur place les produits acheter dans l’épicerie et un espace de jeux pour les enfants. Nous voulons que ce soit un lieu convivial où chacun puisse se sentir chez lui.

Pourquoi je pense que ce modèle d’entreprise s’inscrit dans l’économie sociale et solidaire de demain?

Cette entreprise a été construite sur la base de l’entraide pour la commercialisation locale de produits de paysans bio, et la volonté de tisser du lien entre les citoyens et les paysans en milieu rural.

Les 4 fermes

La Ferme de Trévero (Sérent)

Nous sommes 2 paysans (Régis et Benjamin) installés depuis le 1 janvier 2019 sur la Ferme de Trevero à Sérent. Nous avons choisi d’être certifié en Agriculture Biologique. L’activité laitière a été arrêté pour mettre en place des productions diversifiées : des poules pondeuse, des porcs en plein air, des bœufs et des productions de céréales et autres graines pour l’alimentation humaine.

Notre leitmotiv : “une ferme pour en vivre, y vivre, la faire vivre”

Pourquoi nous sommes associés de l’épicerie L’Escale Paysanne ?

Lors de notre réflexion sur le modèle de ferme que nous voulions mettre en place, nous avons identifié qu’il était important de décider du prix de vente de nos produits et de ne pas être dépendant de systèmes de commercialisation qui imposent leurs conditions commerciales aux paysans.

L’Escale Paysanne va nous permettre de vendre nos produits à un prix juste et rémunérateur sans y passer autant de temps que si nous étions seuls sur des marchés. Cela nous permettra de nous consacrer prioritairement à la production agricole.

Nous apprécions particulièrement la dimension collective de ce projet qui apporte une grande richesse humaine.

Nous participerons chaque semaine à la vente dans l’épicerie ce qui nous permettra de rencontrer des consommateurs. Cela nous semble important, de pouvoir rencontrer les personnes qui consomment nos produits. Cela donne du sens à notre métier.

Régis DURAND

Mon parcours

C’est dans la petite ferme en polyculture élevage de mes grands-parents que j’ai été initié à l’agriculture paysanne.

Lors de mes études je ne voyais pas encore le lien entre agriculture et environnement et j’ai décidé de me lancer dans des études d’ingénieur en environnement. Pendant 3 ans j’ai construit des stations de traitement de l’eau. En 2013, j’ai repris une formation en agriculture biologique avec l’envie de devenir paysan. Depuis 2014 à 2017 j’ai fait du salariat dans des fermes, dont une année chez un céréalier en agriculture biologique.

Je suis passionné par les questions agronomiques et la vie du sol, en particulier les réseaux de mycorhizes.

Benjamin FREZEL

Mon parcours

Urbain passé par un lycée agricole rennais, j’ai continué ma découverte du milieu agricole avec du WWOOFing puis un BTSA ACSE en agriculture biologique. Je suis parti faire du woofing avec pour fil conducteur la paysannerie et les projets collectifs. J’ai depuis complété mes premières expériences par 2 années de salariat agricole, un parcours dans le réseau de compagnonnage REPAS (Réseau d’Échanges et de Pratiques Alternative et Solidaires) et deux ans passées au service des Éclaireuses Éclaireurs de France. Je me consacrerai plus particulièrement à la conduite des poules pondeuses.

Les Paniers du Glouby (St Guyomard)

Nathalie URIEN

Mon parcours

Née de parents éleveur et d’un papa « bouilleur de cru », j’ai grandi à Saint Guyomard au rythme de la campagne et des activités de la ferme. Sensible au bien manger, je me lance dans des études de diététique. Diplômée en 2000, je pars travailler dans les hôpitaux les maisons de retraite, à domicile des patients que j’accompagne afin de leur améliorer le quotidien et j’insiste beaucoup sur le plaisir, pour moi essentiel dans l’alimentation.

En parallèle, maman de 3 enfants avec mon mari nous bâtissons un style de vie plus sain, plus écologique, plus durable, nous auto construisons notre maison avec des matériaux plus écologiques… en multipliant les rencontres enrichissantes en aspirant à plus d’autonomie dans ce monde ou la société de consommation est reine…

Après 15 ans d’activité dans ce métier comme technicienne, l’envie de créer mon entreprise me démange. C’est le retour aux sources, après 9 mois de formation agricole, je décide de reprendre la ferme familiale, maman part en retraite donc c’est une aubaine que je saisi avec le soutien de mon mari.

Et c’est le début du belle aventure familiale, sociale, économique, durable, j’aide toujours tout un chacun à bien manger mais cette fois ci en leur proposant des légumes frais et de la viande de qualité. Ce qui m’apparait plus concret et efficace.

L’atelier bovin viande ,15 mères, est conservé pour plusieurs raisons : maintenir un paysage diversifié, préserver les zones humides qui ne peuvent être cultivées, apporter du fumier à mes cultures et ainsi fermer la boucle de l’autonomie sur la ferme. Pas d’achats d’intrants, système herbager en extensif, petite production de céréales pour la finition de mes animaux. Et cet atelier me permet d’avoir de la viande de qualité en race « blonde d’aquitaine » entièrement valorise en vente directe sous forme de caissette de veau ou de bœuf (génisse).

Ca y est je suis Paysanne….

A ma reprise en janvier 2017, les terres 30ha sont converties en agriculture biologique, une évidence d’un point de vue éthique. Un atelier maraichage voit le jour, une quarantaine de légumes sont cultivées sur 1ha plein champ et 900m2 de serres avec un objectif, vendre en local mes produits. Vente à la ferme ou sur des points de vente proches de la ferme.

Pourquoi je suis associée de l’épicerie L’Escale Paysanne ?

Ce projet est né d’une rencontre avec Florence et Regis, à ce moment-là, simple client mais déjà avec des projets pleins la tête… les échanges vont bon train et l’envie de créer une synergie de vente est venue.

A la ferme, nous avions besoin d’un point de vente supplémentaire pour assoir l’arrivée de Yves mon mari sur la ferme. Et c’est ainsi qu’a commencé la belle aventure de l’Escale Paysanne, projet humain avant tout, collectif avec tout ses richesses, rémunérateur pour nous paysans avec une maitrise de de nos prix de vente afin d’être plus juste pour vous consommateur, et riche de proximité, de transparence par l’ouverture de notre ferme grâce aux portes ouvertes.

Alors on vous attend….

Les Vaches nous Rendent Chèvres (Molac)

Nous avons à cœur de vendre nos produits en vente directe et à proximité de notre ferme et ainsi, favoriser l’Economie locale et circulaire.

Nous sommes 2 jeunes installés Stéphanie et Maxime sur Molac . Nous avons 25 vaches laitières de race Normande, Montbéliarde et Prim’Holstein ainsi qu’une quarantaine de chèvres de race Alpine et Poitevines.

Notre lait de vaches est vendu à Biolait, et nous transformons la totalité de notre lait de chèvres à la ferme par nos soins.

Nous sommes associés de l’Escale Paysanne car cela nous permet de nous regrouper pour pouvoir travailler ensemble et mieux, d’échanger, d’être en lien sur le territoire, d’ être acteur  du pays de Malestroit pour favoriser la vie du centre ville aussi bien que  la vie de la campagne.

Pour toutes ces raisons nous avons dit «  OUI » à l’Escale Paysannes !!!

Pourquoi nous sommes associés de l’épicerie L’Escale Paysanne ?

Stéphanie DOLO

Mon parcours

Stéphanie Dolo  10 ans salarié chez Biocoop, fille d’éleveurs, après avoir découvert et passionné par la transformation fromagère  et les chèvres dans les Alpes.  j’ai décidé reprendre la ferme de mes parents de la convertir en bio et d’y ajouter un atelier caprin ainsi que la vente directe

Maxime KRELA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *